Les tissus acoustiques permettent d’améliorer le confort acoustique des boîtiers en offrant des solutions acoustiques en matière d’isolation et de conditionnement acoustiques. Ils peuvent être utilisés dans une multitude d’enceintes telles que des théâtres, des maisons privées, des restaurants, des magasins ou des studios.

En outre, les tissus acoustiques offrent de nombreux avantages. Certains d’entre eux le sont :

  • Polyvalence : peut être utilisé dans tous les types d’activités.
  • Facile à installer : sa légèreté facilite son installation, réduisant le temps et évitant de devoir arrêter l’activité dans les magasins.
  • Élément de design : leur variété de couleurs et de tailles leur confère une valeur décorative.
  • Compatible avec d’autres solutions acoustiques.
  • Plus économique que les autres solutions acoustiques.
  • Ils peuvent être utilisés comme éléments de séparation sans cloisons.
  • Ils permettent d’occulter les fenêtres, de guider et de contrôler l’éclairage de l’enceinte.

DE QUEL TISSU ACOUSTIQUE AI-JE BESOIN ?

SOLUTIONS ACOUSTIQUES : ISOLATION ET CONDITIONNEMENT ACOUSTIQUE

Si l’enceinte ou la pièce où vous souhaitez placer le tissu présente l’un de ces problèmes :

isolation acoustique

Contre les bruits extérieurs : Isolation acoustique.

Problèmes dus au bruit venant de l’extérieur: le bruit arrive dans la pièce depuis une source de bruit extérieure à la pièce – une autre pièce, la rue, la circulation, etc.

conditionnement acoustique

Contre le bruit généré à l’intérieur : conditionnement acoustique.

Problèmes dus au bruit généré dans l’enceinte elle-même: dans son activité normale, une réverbération est générée à l’intérieur de l’enceinte, créant une sensation de bruit qui rend difficile la tenue de conversations – fréquent dans les restaurants, les studios, les enceintes minimalistes, etc.

Dans TEXTIL BATAVIA nous avons des TISSUS ACUSTIQUES aussi bien pour l’isolation acoustique que pour les solutions de conditionnement acoustique. Tous nos produits ont été testés par des laboratoires spécialisés afin de certifier leur qualité acoustique.

ÉTUDES DE CAS

Nos ingénieurs acousticiens ont conseillé nos clients sur de nombreux projets dans le domaine de l’acoustique. En voici quelques-unes, à titre d’exemple des multiples actions qui peuvent être réalisées avec nos tissus.

En savoir plus sur l’isolation acoustique et le conditionnement acoustique

  1. Quel tissu acoustique ai-je besoin ? ?

    Chez TEXTIL BATAVIA, nous disposons d’une large gamme de tissus acoustiques qui nous permettent de nous adapter à tous les besoins. Tous nos tissus ont été testés selon des normes internationales pour connaître en détail leurs propriétés acoustiques et pouvoir ainsi garantir leurs performances.
    Pour choisir le tissu le mieux adapté à vos besoins, la première étape consiste à identifier quelles sont vos circonstances.
    Si la pièce où vous souhaitez placer le tissu présente l’un des problèmes suivants :

    – Bruit produit par le mouvement des voisins -enfants qui courent, talons, etc.
    – Bruit des locaux situés au rez-de-chaussée de l’immeuble – bars, pubs, cafés, etc.
    – Bruit de la terrasse d’un bar.
    – Bruit de la circulation automobile.
    – Bruit de la porte mécanique d’un garage.
    – Bruit de l’ascenseur de l’immeuble.
    – Bruit de la télévision du voisin.

    Alors il faut un tissu adapté à l’isolation acoustique. Pour en savoir plus sur l’isolation acoustique, consultez notre foire aux questions sur l’isolation acoustique.

    En revanche, si la pièce dans laquelle vous souhaitez placer le tissu produit du bruit à la moindre activité, qu’il s’agisse d’écouter de la musique, de regarder la télévision, de jouer d’un instrument de musique ou même d’avoir des conversations, il vous faut un tissu adapté au conditionnement acoustique. Pour en savoir plus sur le conditionnement acoustique, consultez notre foire aux questions sur le conditionnement acoustique.
    Toutefois, si vous avez des doutes, n’hésitez pas à nous contacter et l’un de nos ingénieurs acoustiques vous guidera sans aucun engagement.

  2. Que signifient les paramètres de conditionnement acoustique dans le catalogue ?.

    tabla parametros acondicionamiento acustico

    Le graphique de gauche et les tableaux de droite fournissent des informations sur le coefficient d’absorption du rideau.

  3. Qu’est-ce que le coefficient d’absorption ? ?

    Le coefficient d’absorption est un paramètre sans dimension dont la valeur est comprise entre 0 et 1 et qui indique le pourcentage d’absorption acoustique d’un matériau. Ainsi, une valeur de 0,6 du coefficient d’absorption indique que, globalement, ce matériau absorbe 60% des ondes sonores qui frappent sa surface.

  4. À quoi sert le coefficient d’absorption ?

    Le coefficient d’absorption est utilisé pour obtenir des informations sur le degré d’absorption d’un matériau, et de cette façon, pour concevoir des solutions pour traiter les problèmes de réverbération.

  5. Qu’est-ce que la réverbération ? ?

    Il est très probable que vous vous soyez déjà rendu dans un bar ou un restaurant où le bruit généré par les convives eux-mêmes en train de parler vous a empêché de tenir des conversations de manière normale, ayant même du mal à comprendre votre interlocuteur et vous obligeant parfois à devoir élever la voix pour vous faire entendre.
    Ces problèmes sont assez courants et ne se limitent pas seulement aux lieux d’accueil, ils peuvent également apparaître dans tous les types d’enceintes composées de surfaces réfléchissantes -miroirs, verre, sols et murs polis, etc.- ou avec des espaces ouverts à l’intérieur -architecture minimaliste-.
    Ces enceintes présentent des problèmes dus à un excès de réverbération. ou avec des espaces ouverts à l’intérieur – architecture minimaliste -.
    Ces pièces ont des problèmes dus à un excès de réverbération.

  6. Pourquoi la réverbération est-elle générée dans une enceinte ?.

    Tous les sons sont constitués d’ondes sonores. Lorsque des sons sont émis à l’intérieur d’une enceinte, qu’ils soient générés par des convives dans un bar ou par d’autres sources (haut-parleurs, télévision, etc.), les ondes sonores qui composent le son se propagent dans les particules d’air à l’intérieur de l’enceinte.

    Lorsque les ondes sonores propagées rencontrent une surface, un double phénomène se produit : une fraction des ondes sonores est absorbée à l’intérieur de la paroi et le reste est réfléchi.

    Selon le degré d’absorption des ondes sonores par les parois, on peut parler de matériaux absorbants ou réfléchissants. Les matériaux absorbants sont ceux qui absorbent la plupart des ondes sonores qui frappent leur surface. Les matériaux réfléchissants, en revanche, absorbent peu les ondes sonores. Si une enceinte est constituée de matériaux réfléchissants -verre, miroirs, surfaces polies-, les ondes sonores générées à l’intérieur seront réfléchies en excès, produisant une réverbération : à la moindre activité à l’intérieur de l’enceinte, une sensation de son amplifié sera générée, comme le bruit généré par les convives dans un bar.

  7. Comment mesure-t-on la réverbération d’une enceinte ?.

    La réverbération d’une enceinte est mesurée à partir de son temps de réverbération : le temps pendant lequel un son est maintenu dans une pièce depuis que ce son a cessé d’être émis. En d’autres termes, il s’agit du temps qui s’écoule entre le moment où une source sonore cesse d’émettre et celui où le son qu’elle génère cesse d’être entendu. Plus la valeur de ce temps est élevée, plus la réverbération dans une pièce est importante.

  8. Quelle est la relation entre le temps de réverbération d’une enceinte et le coefficient d’absorption ?

    Il existe une relation directe entre l’absorption des matériaux qui composent une pièce et son temps de réverbération. Lorsqu’il y a beaucoup de matériaux absorbants, le temps de réverbération est faible. En revanche, si ce qui prédomine, ce sont les matériaux réfléchissants, le temps de réverbération sera élevé, produisant du bruit en cas d’activité.
    Connaître l’absorption des matériaux est donc la première étape pour contrôler la réverbération d’une enceinte.

  9. Comment obtient-on le coefficient d’absorption d’un matériau ?

    La seule façon d’obtenir le coefficient d’absorption d’un matériau est de procéder à un essai. Les essais pour obtenir le coefficient d’absorption de tout matériau sont réalisés conformément aux spécifications établies dans la norme internationale UNE-EN ISO 354. Cette norme établit la méthodologie d’essai pour obtenir le coefficient d’absorption d’un matériau, indiquant le degré auquel il peut réduire la réverbération existante dans la pièce où il doit être installé.
    Les essais de coefficient d’absorption de cette norme sont réalisés dans des chambres réverbérantes normalisées. Ces chambres sont des pièces fermées à forte réverbération – temps de réverbération supérieur à 10 secondes – dans lesquelles le temps de réverbération de la pièce vide est d’abord mesuré en utilisant un haut-parleur omnidirectionnel pour émettre le bruit et, ensuite, une mesure du temps de réverbération est effectuée avec les rideaux installés à l’intérieur de la pièce. A partir des résultats des deux situations, on obtient le coefficient d’absorption du rideau -le bruit absorbé par les rideaux-.
    De plus, pour que les mesures soient fiables, les rideaux testés doivent avoir des dimensions comprises entre 10 et 12 m2.

  10. Comment interpréter les paramètres du catalogue ?

    1-Valeurs du coefficient d’absorption en fréquence :

    Qu’est-ce que la fréquence ?
    Si nous prenons un instrument de musique, par exemple une guitare, lorsque nous pinçons une de ses cordes, il génère un son -une note de musique-. Pour produire la note de musique, la corde pincée vibre autour de sa position initiale. La fréquence est mesurée en Hertz (Hz) et est définie comme le nombre de fois par seconde que la corde vibre. Ainsi, lorsque vous accordez la guitare, vous réglez la tension de la corde pour qu’elle vibre à la fréquence souhaitée lorsqu’elle est pincée. Par exemple, la note LA est accordée à 440Hz, de sorte que chaque fois que cette note est pressée, la corde qui la génère vibre à un rythme de 440 fois par seconde.

    Comme les sons sont composés de fréquences et que l’oreille humaine ne perçoit pas toutes les fréquences de la même manière, la norme UNE-EN ISO 354 -et en général toutes les normes liées au conditionnement acoustique- établit les fréquences auxquelles les résultats doivent être présentés, car elles sont considérées comme les plus représentatives. Ces fréquences sont de 125, 250, 500, 500, 1000, 2000 et 4000Hz. Pour chacune de ces fréquences, on donne la valeur moyenne du coefficient d’absorption obtenue par le calcul de la moyenne des fréquences qui lui sont adjacentes. A la fréquence de 4000Hz, par exemple, le rideau acoustique testé présente un coefficient d’absorption de 0,76. Cela signifie que pour toutes les ondes sonores d’une fréquence de 4000Hz, le rideau acoustique en absorbera 76%.

    2-Valeurs du coefficient d’absorption global:

    Le deuxième tableau indique différents paramètres du coefficient d’absorption global. C’est-à-dire que le coefficient d’absorption de ces paramètres est obtenu en faisant la moyenne du coefficient d’absorption de diverses fréquences. Les différences dans les résultats de ces paramètres sont dues aux fréquences choisies pour le calcul de la moyenne:

    Le paramètre n’est pas indiqué car il n’est pas obtenu par moyenne, mais par comparaison des valeurs obtenues avec des valeurs de référence. Les calculs sont trop complexes pour être donnés dans ce catalogue. Cependant, les résultats sont généralement similaires à ceux du paramètre αw. Ces deux paramètres sont les plus couramment utilisés en acoustique des salles car ils sont considérés comme les plus représentatifs.

  11. Que signifient les paramètres d’isolation acoustique dans le catalogue ? ?

    Dans les caractéristiques techniques de nos rideaux, nous pouvons trouver les informations suivantes :

    Le graphique de gauche et les tableaux fournissent des informations sur le niveau d’isolation acoustique du rideau.

  12. Qu’est-ce que l’isolation acoustique ? ?

    Que vous viviez dans une grande ville ou dans un village, dans une maison individuelle ou dans un immeuble, il est très probable que vous ayez eu des problèmes à la maison avec des bruits générés à l’extérieur tels que décrits dans les situations suivantes :

    – Bruit produit par la marche des voisins -enfants qui courent, talons, etc.-
    – Bruit de la citerne des voisins.
    – Bruit des locaux situés au rez-de-chaussée commercial de l’immeuble -bars, pubs, cafés, etc.-.
    – Bruit de la terrasse d’un bar.
    – Bruit d’une unité de climatisation dans une autre propriété.
    – Bruit de la circulation.
    – Bruit de la porte mécanique d’un garage.
    – Bruit de l’ascenseur de l’immeuble.
    – Bruit de la télévision du voisin.
    – Bruit de la télévision du voisin.

    Ces problèmes ne sont pas exclusifs aux maisons privées, ils se produisent également dans d’autres environnements que nous fréquentons régulièrement comme le lieu de travail.
    L’isolation acoustique peut être définie comme l’ensemble des solutions acoustiques qui sont utilisées dans les enceintes qui présentent des problèmes tels que ceux décrits ci-dessus. Ces solutions vont des éléments constructifs – murs et sols réalisés avec une isolation acoustique – à d’autres éléments techniques tels que les rideaux acoustiques, et leur objectif est d’empêcher le bruit de l’extérieur de s’infiltrer dans une pièce.

  13. Comment mesure-t-on l’isolation acoustique ?.

    Pour mesurer l’isolation acoustique d’un matériau, comme les rideaux acoustiques ou les matériaux de construction, on utilise l’indice d’affaiblissement acoustique (R). Cet indice peut être défini comme la différence entre le niveau de pression acoustique qui existe dans la pièce par rapport à l’extérieur. En d’autres termes, le niveau de bruit que le matériau peut réduire, exprimé en décibels.

  14. À quoi sert l’indice de réduction acoustique ?

    L’indice de réduction acoustique est utilisé pour obtenir le niveau d’isolation acoustique d’un matériau. Ainsi, connaissant cette valeur, nous pouvons calculer quel niveau de bruit pourra réduire un matériau pour l’installer et savoir à l’avance s’il servira à réduire le bruit provenant de l’extérieur.

  15. Comment obtient-on l’indice de réduction acoustique ?.

    La seule façon d’obtenir l’indice de réduction acoustique d’un matériau est de procéder à des essais normalisés. Les essais pour obtenir l’indice de réduction acoustique de tout matériau sont réalisés conformément aux spécifications établies dans la norme internationale UNE-EN ISO 10140-2. Cette norme établit la méthodologie d’essai pour obtenir l’indice de réduction acoustique d’un matériau, indiquant le degré auquel il peut réduire le bruit provenant de l’extérieur de l’enceinte où il sera installé.

    Les essais d’indice de réduction acoustique de cette norme sont effectués dans des chambres de transmission normalisées. Ces chambres sont composées de deux enceintes adjacentes séparées uniquement par une surface de séparation où est placé l’échantillon à tester. Pour réaliser l’essai, on émet un bruit dans un haut-parleur omnidirectionnel dans l’une des enceintes (enceinte émettrice) et on mesure le bruit qui parvient à l’autre enceinte (récepteur). La différence entre le bruit émis et le bruit reçu au niveau du récepteur permet d’obtenir le niveau de bruit que le matériau testé est capable de réduire.

  16. Comment interpréter les paramètres du catalogue ?

    Dans le catalogue, nous avons deux tableaux :

    1-Valeur de l’indice de réduction acoustique par fréquences R:
    Qu’est-ce que la fréquence ?
    Si nous prenons un instrument de musique, par exemple une guitare, lorsque nous pinçons une de ses cordes, il génère un son -une note de musique-. Pour produire la note de musique, la corde pincée vibre autour de sa position initiale. La fréquence est mesurée en Hertz (Hz) et est définie comme le nombre de fois par seconde que la corde vibre. Ainsi, lorsque vous accordez la guitare, vous réglez la tension de la corde de façon à ce qu’elle vibre à la fréquence souhaitée lorsqu’elle est pincée. Par exemple, la note LA est accordée à 440Hz, de sorte que chaque fois que cette note est pressée, la corde qui la génère vibre à un rythme de 440 fois par seconde.

    Comme les sons sont composés de fréquences et que l’oreille humaine ne perçoit pas toutes les fréquences de la même manière, la norme UNE-EN ISO 10140-2 -et en général toutes les normes liées à l’isolation acoustique- établit les fréquences auxquelles les résultats doivent être présentés, car elles sont considérées comme les plus représentatives. Ces fréquences sont de 100, 125, 160, 200, 250, 315, 400, 500, 630, 800, 1000, 1250, 1600, 2000, 2500, 3150Hz. Pour chacune de ces fréquences est donnée la valeur moyenne de l’indice de réduction acoustique obtenue par le calcul de la moyenne des fréquences qui lui sont adjacentes. A la fréquence de 2500Hz, par exemple, le rideau acoustique testé présente un indice d’isolation acoustique de 19,6dB. Cela signifie que pour toutes les ondes sonores ayant une fréquence de 4000Hz, le rideau acoustique réduira la pression acoustique générée par celles-ci de 19,6dB.

    2-Valeur Rw globale
    C’est la valeur globale en décibels obtenue à partir des valeurs de l’indice de réduction acoustique par fréquences expliquées dans la section précédente.

    Qu’est-ce qu’un décibel (dB) ?

    Le décibel est une unité de mesure largement utilisée dans les télécommunications pour exprimer des quantités d’autres unités sur une échelle logarithmique. Ainsi, le mot décibel peut faire référence à plusieurs concepts. Dans le domaine de l’acoustique, les décibels sont utilisés pour mesurer à la fois la pression acoustique et la puissance acoustique.

    Pour mieux comprendre ce que sont les décibels, prenons l’exemple suivant :
    Le son peut être défini de manière générale comme le phénomène physique qui se produit lorsqu’un corps émetteur vibre dans un milieu. Lorsque nous parlons, par exemple, une vibration est produite dans nos cordes vocales, générant une onde sonore.

    Comme nos cordes vocales sont en contact avec l’air -le milieu-, l’onde générée crée des variations de pression dans l’air, faisant vibrer les particules qui le constituent. Ainsi, les particules d’air oscillent autour de leur position normale, transmettent la vibration à leurs particules voisines, puis reviennent à leur position initiale. De cette façon, l’onde sonore se propage à travers les particules d’air à une vitesse qui dépend de la densité et de l’élasticité du milieu -environ 340m/s dans l’air-.

    Lorsque l’onde atteint le récepteur, elle entre par l’oreille et percute la membrane du tympan. L’impact de l’onde est reçu sous la forme d’un stimulus nerveux que le cerveau décode comme un son.

    La gêne que ces ondes sonores produisent est équivalente à la pression qu’elles exercent sur la membrane de nos oreilles et correspond à ce que l’on appelle familièrement le volume sonore auquel elles sont entendues. Le volume peut donc être assimilé à la pression que les ondes sonores exercent sur le milieu.

    Pour normaliser et mesurer la pression acoustique, on utilise des sonomètres, dont le fonctionnement s’inspire de celui de l’oreille humaine. Un sonomètre contient un microphone composé d’une membrane qui reçoit la pression que les ondes sonores exercent sur sa surface lorsqu’elles l’impactent. A partir d’un transducteur, on obtient la valeur de la pression exercée.
    La pression acoustique est mesurée en Pascal (P), en l’honneur de Pascal. Cependant, dans la pratique, la mesure en Pascals est convertie en échelle logarithmique pour normaliser sa valeur et est appelée niveau de pression acoustique, mesuré en décibels.

    Pour normaliser la valeur en décibels, on utilise la formule suivante :

    Lp = 20xlog (P / Pref)

    Où Lp est le niveau de pression acoustique, c’est-à-dire la valeur de pression mesurée en décibels.
    P est la pression faite par l’onde sonore.
    Pref est la valeur de référence par laquelle la pression sonore mesurée est normalisée. Elle a une valeur constante de 2×10-5P.

    En observant l’expression, on voit qu’elle contient des unités de pression à la fois au numérateur et au dénominateur, le résultat étant sans dimension. Le résultat est donc uniquement exprimé en dB (décibels) et non en décibels Pascal (dBP). Dans d’autres domaines des télécommunications si des unités de mesure telles que le dBW sont utilisées, car elles ne sont pas obtenues à partir d’expressions sans dimension.

    La raison pour laquelle cette normalisation est faite sert une raison simple : le décibel n’étant qu’une unité de mesure qui dépend d’une autre (dans ce cas la pression acoustique), il pourrait établir une valeur pour l’avoir comme référence.

    Ceci se comprend mieux si on l’envisage mathématiquement : si on prend une onde sonore qui exerce une pression sur la membrane de nos oreilles -ou sur la membrane d’un haut-parleur- de 2×10-5P, en appliquant la formule et les propriétés des logarithmes, on obtiendra la valeur de 0 décibels.

    Donc, la valeur de 2×10-5P devient la valeur de référence dans la nouvelle échelle de décibels. Si nous prenons une valeur inférieure, le résultat sera négatif. Et si nous faisons de même avec une valeur supérieure, les résultats seront positifs.

    La valeur de 2×10-5P est utilisée comme valeur de référence car elle correspond au seuil de l’audition humaine.

    C’est-à-dire que les sons qui exercent des pressions inférieures à cette valeur sur les membranes de nos oreilles ne sont pas perçus par nos oreilles -sous-entendu : volume minimum que nous pouvons entendre-.
    Donc, converties en décibels, les valeurs obtenues supérieures à 0 correspondent aux pressions perceptibles par l’oreille humaine. Comme mentionné ci-dessus, les sonomètres ont été conçus pour s’inspirer de l’oreille humaine. Par conséquent, les circuits électroniques des sonomètres n’enregistrent pas non plus les pressions inférieures à la pression de référence, de sorte qu’en pratique, les valeurs en dB seront toujours supérieures à 0dB et, par conséquent, toute valeur en dB sera toujours une valeur perceptible par l’oreille humaine.

    Le niveau de pression acoustique qui représente le seuil de la douleur se situe approximativement entre 135 et 140 dB.

    Pourquoi utilise-t-on les dB ?

    Le dB est utilisé pour deux raisons principales. La première est que, comme expliqué en détail dans la section précédente, elle nous permet de normaliser les valeurs de pression afin de n’avoir que des valeurs de pressions que nous pouvons percevoir. En outre, l’échelle logarithmique facilite l’assimilation de manière plus intuitive. Par exemple : Si nous prenons la valeur du seuil minimum – la valeur déjà mentionnée de 2×10-5P, correspondant à 0dB- et que nous plaçons le maximum autour de 140dB, dont la pression est autour de 200P, nous aurons qu’il y a une gamme trop élevée de nombres de pression en Pascals. En effet, la gamme des valeurs de pression en Pascals est ingérable, ce qui la rend peu intuitive. Autre exemple:
    Si nous avons une onde sonore qui a une pression de 2×10-3P, il sera intuitivement plus compliqué d’établir s’il s’agit d’une grande ou d’une petite valeur que si nous la comparons à sa valeur en dB qui est de 60dB.

    La deuxième raison pour laquelle le dB est utilisé est liée à la perception humaine. Notre système auditif ne répond pas de manière linéaire aux stimuli sonores. Lorsque notre oreille entend un son pur d’une certaine pression acoustique, si cette pression double, la perception subjective n’interprète pas que l’intensité sonore a doublé, mais perçoit subjectivement une augmentation d’un degré moindre. De cette façon, la perception de l’oreille est plus étroitement liée aux valeurs de l’échelle logarithmique.